Skip navigation


From: Laura García Freyre
To: lia
Sent: Thursday, October 09, 2008 7:47 PM
Subject: FW: Publicado hoy en L’EXPRESS (Francia)

lia, para que no tengas que recurrir a penultimos dias, yo te mando el articulo de gorki, que de hecho yo se lo envie a PD, solo que el no lo dice. A mi me hicieron la entrevista como podras leerle.

” … que la memoria se me llene de herrumbre, de olores descompuestos y de palabras rotas…”

——————————————————————————–

Buenos dias,
Publicado hoy en L’Express sobre Gorki Aguila
1) http://www.lexpress.fr/actualite/monde/
aqui se ven las videos de Porno para Ricardo y la traduccion en frances de la cancion El Coma Andante

2)

3) Lea tambien el articulo de contextualisacion publicado en nuestra pagina internet sobre la represion cultural

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique/quand-fidel-interdisait-les-beatles_586079.html

Cuba : 50 ans de répression culturelle
Quand Fidel interdisait les Beatles Par Axel Gyldén, mis à jour le 09/10/2008 11:57:35 – publié le 08/10/2008 17:09
Cuba, la politique culturelle du régime castriste, se décompose -comme la révolution elle-même- en plusieurs phases. Depuis un demi-siècle, le degré de censure et de répression contre les milieux artistiques varie au gré des circonstances.

1959-1961: La lune de miel

Les trois premières années de la révolution correspondent au seul véritable moment de liberté artistique sur l’île. “Entre l’Etat et le monde intellectuel, c’est la lune de miel, raconte Pio Serrano, en exil à Madrid depuis 1974 où il dirige une maison d’édition. Oui, La Havane était une fête, où la tolérance et la permissivité étaient de mise. Au sein du magazine culturel Lunes, qui sera fermé en 1961, le débat d’idées était vif et de nombreux courants de pensée pouvaient s’exprimer librement.”

Mais dès 1961, le régime crée l’Union des écrivains et artistes cubains (UNEAC), un syndicat à la soviétique qui encadre de près la production littéraire et artistique. Il y a une logique à cela. C’est celle de Che Guevara qui déclare au journaliste français K.S. Karol (auteur des “Guérilleros au pouvoir”, 1970) : “Le premier devoir de la révolution est l’éducation politique et idéologique de notre peuple”.

Claudia Daut/Reuters

Après avoir interdit les Beatles au cours des années 60, Fidel Castro a inauguré un parc John Lennon à La Havane. Un bon exemple de la double morale castriste.

La lune de miel touche à sa fin lorsque la révolution prend le contrôle de tous les moyens de formation intellectuelle de la société : école, université, édition, cinéma, théâtre, presse, radio, télévision etc. L’Institut cubain d’art et d’industrie cinématographique (ICAIC) réalise d’ailleurs d’excellents documentaires de propagande (“Histoires de la révolution” ; “Le jeune rebelle”) qui contribuent à la fondation de la mythologie révolutionnaire.

Le 26 juin 1961, Fidel Castro fixe une fois pour toutes le cadre de création cubaine par une formule restée célèbre : “Quels sont les droits des écrivains et des artistes révolutionnaires et non révolutionnaires ? Dans la révolution, tout ; contre la révolution, rien !” (inspirée de la fameuse phrase de Mussolini : Avec l’Etat, tout ; contre l’Etat, rien !)

Les années 1960 : les Beatles censurés

A contre courant du reste du monde, les sixties, à Cuba, ne sont pas, loin s’en faut, des années de libération des moeurs. La culture hippie n’a aucune chance de s’y épanouir. Au contraire, la répression s’abat contre tous les “déviants”, sexuels ou idéologiques dont l’ardeur révolutionnaire paraît insuffisante. Des milliers d’homosexuels et de lesbiennes, des jeunes hippies (ou considérés comme tels parce qu’ils paraissent efféminés), des artistes, et des religieux sont enfermés dans les Unités militaires d’aide à la production (UMAP), ces camps de concentration de sinistre mémoire.

Au plus fort de la contre-culture hippie, dans les années 60, les Beatles étaient interdits à Cuba, considérés comme des artistes dégénérés.

“On voit par là que le gouvernement, prétendument progressiste, est profondément imprégné des valeurs machistes et des préjugés homophobes propres aux petits-bourgeois”, relève l’exilé Pio Serrano, qui, à l’époque, croyait encore à la Révolution. “Les années 1960 furent terribles, poursuit-il. Des purges homophobes étaient organisées à l’Université de La Havane où j’enseignais la philosophie. Je n’y ai pas participé mais je me suis tu. Sur la Rampa, une avenue de la capitale où se retrouvait la jeunesse, des policiers armées de ciseaux réalisaient des descentes. Ils coupaient les cheveux des garçons qui les portaient trop long et découpaient leurs pantalons à pattes d’éléphants, signe de “décadence capitaliste”. Quant aux jeunes femmes vêtues de mini-jupes, elles étaient embarquées au poste de police et, parfois, internées dans des UMAP.”

Les Beatles, considérés comme des artistes dégénérés, étaient interdits. “Ma première femme, une militante de gauche américaine, nous avait ramené des Etats-Unis l’album Sergeant Pepper’s Lonely Heart Club Band. Nous l’écoutions clandestinement à la maison, mais à très faible volume. C’est pourquoi les gens de ma génération ont été indignés lorsque Fidel Castro, longtemps après, a inauguré un parc John Lennon à La Havane. Mais c’est cela, la double morale castriste…”

Les années 1970 : la répression continue

Le 20 mars 1971, le poète Heberto Padilla est emprisonné et soumis, 28 jours plus tard, à une grossière autocritique dans la droite lignée des “procès de Moscou”. Cette caricature de procès contre un poète internationalement célèbre indigne le monde, qui découvre alors la réalité du système cubain.

C’est un tournant. Dès lors, les intellectuels étrangers, à commencer par le “castrophile” Jean-Paul Sartre, prennent leurs distances avec la révolution cubaine. L’affaire Padilla n’est qu’un début. Une large répression s’abat sur la majeure partie des écrivains de l’île. Des dizaines d’entre eux sont envoyées en prison. Le milieu théâtral est le plus durement touché. Quantité d’acteurs et de metteurs en scène, accusés de “conduite impropre” sont expulsés de Cuba. Le 30 avril 1971, lors de la clôture du premier Congrès pour l’éducation et la culture, Fidel Castro redéfinit et précise sa politique culturelle par une formule choc : “L’art est une arme de la Révolution.”
Les années 1980 : l’assouplissement

Cette décennie marque une nouvelle étape qui, en réalité, démarre dès la fin de la précédente. Une nouvelle génération d’artistes apparaît. Trop jeune pour avoir connu les heures de gloire de la révolution, elle ne possède guère de lien affectif avec elle. D’autre part, la création du ministère de la Culture, en 1976, s’accompagne d’un assouplissement idéologique, sous l’impulsion du ministre Armando Hart.

L’amélioration socio-économique générale, qui s’explique par la reprise en main administrative du pays par des conseillers russes (soviétiques) au cours des années 1970, permet que l’on réprime moins. La nouvelle génération d’artistes conquiert de nouveaux espaces de liberté d’expression. C’est particulièrement vrai des artistes plasticiens qui, après le déclin consécutif à la chute du Mur de Berlin, se risquent par exemple à évoquer l’isolement de Cuba sur la scène internationale, la précarité de la vie sur l’île, les dysfonctionnements du système, l’exil des “balseros” qui voguent sur le détroit de Floride à bord d’embarcation de fortune. Une seule règle d’or : ne jamais critiquer “el commandante”.

La décennie 1990 : les années Buena Vista Social Club

AFP/FABRICE COFFRINI

Compay Segundo et Eliades Ochoa, co-leader du Buena Vista Social Club ont été mondialement popularisé en 1998, grâce au documentaire de Wim Wenders et Ry Cooder.

Avec la “période spéciale en temps de paix”, qui commence en 1989 après de l’effondrement de l’URSS, Cuba s’ouvre au tourisme. Or celui-ci représente désormais l’une des principales rentrées de devises. A ce titre, il constitue un enjeu stratégique pour la survie du régime. Dès lors, il est vital pour l’image de marque de la révolution de ne pas apparaître comme hostile au monde des arts. Aubaine extraordinaire, le castrisme bénéficie de la complicité involontaire et inespérée de l’Américain Ry Cooder et de l’Allemand Wim Wenders. Le producteur musical et le cinéaste enregistrent, filment, et popularisent à l’échelle mondiale des airs cubains des années 1940 et 1950 joués par les musiciens octogénaires du Buena Vista Social Club. Une musique empreinte de nostalgie, aussi irrésistible aux oreilles du grand public qu’inoffensive aux yeux du régime…

Axel GYLDEN
L’EXPRESS
29 rue de Chateaudun
75009 PARIS / France

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: